Rogue One: A Star Wars Story… c’est la guerre!

Évidemment, en tant que fan de Star Wars, j’ai été parmi les premiers à me précipiter vers le cinéma le plus près de chez moi pour enfin voir ce nouvel opus de la franchise de science-fiction la plus lucrative de l’histoire.

Je ne suis pas déçu.

Ce qui frappe en regardant Rogue One, c’est qu’on remarque que les nouveaux films tentent de se rapprocher le plus près possible de la réalité, de la complexité et de la noirceur de la guerre. Bien que je considère cela comme une force (!), cela tend toutefois à casser le style général des 6 premiers films qui était davantage épuré, plus « propre ». Mais ne vous trompez pas; je suis 100% derrière le réalisme et la noirceur que le réalisateur, Gareth Edwards, a insufflé à ce chapitre. On se sent réellement en temps de guerre et l’avenir de la galaxie dépend d’une seule et unique mission.

Rogue One: A Star Wars Story raconte efficacement l’histoire de la création de l’escadron Rogue One dont la mission était de retrouver les plans de l’Étoile de la mort, l’arme ultime de l’Empire pouvant détruire des planètes entières. Le scénario est tissé magistralement, faisant des dizaines de ponts avec les deux trilogies, réservant bien des surprises agréables et des moments d’une tension extrême. Le fan averti pourra aussi, s’il ne cligne pas trop souvent des yeux, reconnaître des personnages qui ne font que passer quelques secondes, mais qui renforcent ces liens entre les deux ères, des liens qui étaient nécessaires pour ne pas décevoir l’audience, pour qu’on se sente en terrain connu.

felicity
Felicity Jones plays Jyn Erso in Rogue One: A Star Wars Story. Jonathan Olley/Lucasfilm

Le film est-il meilleur ou moins bon que Star Wars: The Force Awakens, sorti en 2015? Non, on ne peut vraiment le comparer de toute manière. Mais on retrouve tout de même un nouveau duo dynamique de jeunes acteurs (Felicity Jones et Diego Luna)  qui nous transportent efficacement du début à la fin du film.

Évidemment, et tout comme The Force Awakens, ce film ne peut atteindre la qualité et la richesse des épisodes originaux (IV / V / VI). Il est excellent, respecte les fans, il permet de régler plein de détails, explique plein d’éléments pertinents de l’épisode IV (ce qui est extrêmement excitant). Mais comme le dit si bien Chris Klimek (écrivain et critique) (traduction de l’anglais) :

Ce qu’il n’a pas, ce qu’il ne peut pas avoir, c’est la qualité mythique des meilleures entrées de la franchise. C’est parce que c’est un remplissage des blancs, une image détaillée. Et le détail est l’ennemi du mythe.

Ceci étant dit, ce film majestueux est à voir à tout prix, sur l’écran le plus grand possible. Bon cinéma et que la Force soit avec vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s