Gérer la surabondance

J’avais la chance, ce mercredi, d’assister à une conférence fort intéressante sur les nombreux bouleversements qui ont secoués les médias, de l’invention de l’imprimerie jusqu’au iPad 2, en passant par l’Internet. La conférence, intitulée Médias en mutations – Gutenberg ne savait pas non plus! – portait très bien son titre.

L’imprimerie, l’avènement de la multiplication des informations

Ce qui m’a le plus marqué du discours du conférencier – M. Sylvain Carle – est la façon dont il a su nous amener graduellement, au fil des arguments, à sa conclusion. Le bouleversement des médias a engendré une facilité déconcertante à multiplier (ou copier) les informations, en commençant par l’invention de l’imprimerie bien entendu. En 2011, la numérisation des livres, la rédaction d’articles sur papier et écrans, l’accès à la musique sur Internet, etc. a entraîné par le fait même la multiplication des supports. J’ai moi-même 3 copies de mes livres numériques sur 3 supports différents en plus d’en garder une en mémoire sur un disque dur externe. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

En bout de ligne, M. Carle a terminé en soulignant un aspect dont j’ai moi-même discuté auparavant sur ce blogue. En fait, il s’agissait même du premier article qui y est apparu, soit « Le iPad : trop d’informations? » La multiplication des copies et des supports engendrent invariablement une surabondance des informations que l’utilisateur reçoit jour après jour. À un point tel que ce dernier doit planifier son horaire d’absorption de l’information et utiliser des outils de gestion. Par exemple : Cyberpresse (informations), Hootsuite (réseaux sociaux), Flipboard (articles, photographie et réseaux sociaux), etc.

Le constat le plus intéressant, à mon avis, est que désormais les entreprises doivent non-seulement s’assurer que leur information se rend jusqu’à leur public, mais par-dessus tout, cette information doit être suffisamment intéressante pour capter leur attention, ce qui devient le nerf de la guerre.

Dans l’optique où les utilisateurs ont de moins en moins de temps à consacrer à notre message (il y en a tellement d’autres à voir!) il faut s’assurer qu’il soit simple, rapide et surtout qu’il soit le plus intéressant!

Cette conférence a eu lieu le 25 mai 2011 dans le cadre des soirées Les Grands communicateurs organisées par la Toile des communicateurs, un organisme sans but lucratif et apolitique dont la mission consiste à faciliter l’accès aux informations, ressources et activités professionnelles, pertinentes et utiles aux différents acteurs œuvrant dans les différentes sphères d’activités du monde des communications.

Adresse : http://www.toile.coop/default.aspx

Twitter : @Toile_des_Comms

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s